Bonnes nouvelles dans le dossier amiante !

Salle PAT : une société spécialisée a assuré les mesures les plus urgentes début janvier 2014. Nous laissons bien évidemment aux autorités communales le soin d’informer les intéressés quant aux détails et aux conséquences pour l’occupation de ces locaux le cas échéant. Nous avons, dans la mesure de nos moyens, contribué à l’avancée de ce projet en suggérant des solutions concrètes : nous sommes heureux de constater que ces efforts n’ont pas été vains !

Lors du conseil communal du 30 décembre 2013, nous avions également appris que les travaux de réfection des locaux scouts étaient planifiés pour les premiers mois de 2014. Il s’agit en effet de les mettre aux normes en vigueur, essentiellement dans les domaines électricité et incendie.

Evidemment, il faudra d’abord et avant toute autre chose assurer la décontamination amiante de ces locaux. Lors du conseil communal du 11 février 2014, il nous a été confirmé que cette opération avait été approuvée lors du collège du 4 février 2014. La société sélectionnée devrait faire ces travaux avant la mi-mars 2014.

Nous avons aussi été scouts et il est bien entendu que comme beaucoup d’autres nous souhaitons promouvoir les mouvements de jeunesse dans notre commune. Par contre, nous pensons qu’il est de notre devoir d’informer les citoyens sans ambiguïté quant à certaines situations potentiellement dangereuses : l’exposition aux fibres d’amiante est un risque pour la santé et nous ne voulons pas regretter un jour de ne pas avoir été suffisamment clairs à ce sujet.

Pas de panique non plus : en Belgique, l’amiante a été largement utilisé dans la construction jusqu’à son interdiction à la fin du siècle dernier. Sa nocivité pour la santé est en effet avérée, mais le danger dépend dans une large mesure de l’utilisation faite de l’amiante, du risque d’altération du matériau concerné et de son état. Si le matériau ne peut pas rester en place tel quel, il faut l’éliminer ou le neutraliser. Pour limiter les risques au maximum, il vaut évidemment mieux faire appel à des sociétés spécialisées qui prendront toutes les mesures de protection nécessaires.

Nous avons également proposé au conseil communal du 30 décembre 2013 de faire un inventaire systématique de l’amiante dans tous les bâtiments communaux. Certaines inspections ont déjà eu lieu : c’est le cas par exemple pour l’église St. Pancrace, les locaux scouts et la salle PAT. Pour les autres bâtiments de la commune, il y aura en 2014 une modification du budget à cet effet, ce qui est également une très bonne nouvelle.

Tout cela n’a rien à voir avec la politique : c’est simplement du bons sens. Nous prenons cette problématique très au sérieux et continuerons à vous tenir informés par l’intermédiaire de notre site.

LLB_2014-01-20_amiante

Pas de panique, mais pas de politique de l’autruche non plus !

Contacts pour plus d’infos à ce sujet : johan.forton@skynet.be & bertrandwaucquez@gmail.com

Dernière MAJ : BW, 2014-02-12 1207


Memo : explication de notre démarche lors du conseil communal du 26 novembre 2013 quant à l’amiante présent dans les locaux scouts et la salle PAT. Avis aux scouts de Kraainem, leurs parents, et leurs chefs.

Le contexte :

  • Un rapport datant de juin 2012 (donc avant l’achat par la commune de ces bâtiments) et émanant de la société OCB, un organisme spécialisé en la matière, constate la présence de divers matériaux contenant de l’amiante dans la salle PAT, autour de cette salle et dans les locaux scouts, à l’exception du local “Hibou 39?. Ce rapport préconise certaines mesures à court, moyen et long terme pour assainir les bâtiments.
  • Un autre rapport des pompiers (septembre 2013) recommande, outre les mesures à prendre pour les aspects incendie, d’interdire l’accès aux locaux scouts tant que les sources d’amiante n’ont pas été éliminées. Cette interdiction est effectivement confirmée par une lettre de la commune dd. 8 octobre 2013, que nous approuvons bien évidemment.
  • Un troisième rapport (août 2013), également des pompiers, s’intéresse aux aspects incendie de la salle PAT, mais ne mentionne rien quant à l’amiante dans ce bâtiment, néanmoins présent à plusieurs endroits et sous différentes formes selon le rapport OCB mentionné plus haut. Les matériaux le contenant sont parfois endommagés.
  • Rappelons que nous avons attiré l’attention du conseil communal sur la problématique amiante de ces bâtiments lors du CC du 25 juin 2013.

Notre position pour les locaux scouts (qui rejoint celle de la commune) :

  1. Respecter l’interdiction d’accès aux locaux tant que les matériaux contenant de l’amiante n’ont pas été éliminés / neutralisés. Ce travail peut être fait dans des délais assez courts si les projets sont lancés rapidement. Il est par ailleurs infiniment plus efficace de gérer le problème d’amiante complètement avant d’envisager de quelconques étapes de rénovation.
  2. Faire venir un organisme spécialisé pour vérifier l’élimination ou la neutralisation de l’amiante et obtenir le feu vert des pompiers ou d’un organisme compétent pour l’utilisation des locaux.
  3. Procéder aux rénovations des locaux qui devront bien entendu tenir compte des recommandations incendie des pompiers.
  4. En attendant : les écoles ou les locaux en-dessous de l’église St. Dominique par exemple devraient pouvoir fournir relativement facilement toutes les infrastructures nécessaires pour les activités des scouts.

Notre position pour la salle PAT (qui va au-delà de celle de la commune) :

  1. Avant toute autre chose, demander aux pompiers ou à un organisme compétent l’autorisation explicite de continuer à utiliser, de façon régulière ou occasionnelle, la salle PAT vu le rapport OCB mentionné plus haut et l’état dégradé de certains matériaux contenant de l’amiante.
  2. Procéder le plus rapidement possible aux travaux court et moyen terme recommandés par ce même rapport OCB (2012).
  3. En cas d’avis défavorable des pompiers ou de l’organisme compétent pour le point 1, utiliser autant que faire se peut d’autres infrastructures (même le “Lijsterbes” devrait pouvoir être envisagé) : les inéluctables conséquences financières sont bien peu de choses par rapport aux risques encourus.