Conseil communal du 24 avril 2018

« Les services examinent la question », réponse systématiquement donnée par la majorité à presque toutes les questions posées par l’opposition…

Le conseil communal commence par l’approbation d’une série de points qui n’ont pas vraiment d’impact sur le quotidien des citoyens. Nous n’épinglerons ici que les sujets qui nous semblent avoir un réel intérêt pour la majorité des Kraainemois.

La discussion au sujet de la politique de parking dans la commune va certainement vous intéresser davantage. En effet, nous apprenons que de nombreuses plaintes sont parvenues à la commune au sujet des horodateurs avenue Reine Astrid, entre la rue F. Kinnen et l’avenue d’Oppem. Depuis qu’elles sont devenues payantes, les places de parking situées à cet endroit ne sont quasi plus utilisées et représentent un inconvénient important pour les riverains. Une majorité des conseillers communaux (dont Kraainem-Unie) sont favorables au remplacement des horodateurs par une zone bleue. Luc Timmermans (Open) objecte que cette décision va à l’encontre des recommandations de l’employé en charge de la mobilité. On ne peut pas lui donner tort sur ce point, mais l’intérêt du citoyen doit rester une priorité. Marie-France Constant (Kraainem-Unie) suggère que l’on fasse à l’avenir une enquête auprès des riverains avant d’installer des horodateurs. Elle fait remarquer que les revenus qui avaient été prévus sont probablement surestimés, vu le peu de voiture qui se garent à cet emplacement depuis qu’il est devenu payant. Revenir sur une telle décision a aussi un coût (1000 euro par horodateur supprimé).

Nous sommes satisfaits d’apprendre que le permis d’environnement attribué à Fluxys pour la construction d’une station de décompression de gaz rue A. Lenaerts a été annulé le 20 mars 2018. Le 12 avril 2018, Fluxys a présenté au Collège des bourgmestre et échevins un nouveau projet dont l’implantation se situe dans les champs de l’autre côté du Ring. Une enquête publique concernant ce nouveau projet se déroulera du 15/7/2018 au 15/8/2018. Les travaux devraient commencer début 2019. Kraainem-Unie continuera à vous tenir informés quant à l’évolution de la situation.

Johan Forton (Kraainem-Unie) interpelle une nouvelle fois l’échevin de la jeunesse, Olivier Joris, au sujet des locaux des unités scoutes 39 et 88 de St-Pancrace. Jusqu’à présent, aucune solution n’a encore été trouvée pour leur local de réunion et le stockage de leur matériel une fois que leur bâtiment sera détruit (dans le cadre de la construction de la nouvelle salle polyvalente, ex-salle PAT). Il existerait 5 possibilités (les écoles, la salle Cammeland, le hall des sports, la salle PUK et l’ancienne justice de paix). Comme à son habitude, Olivier Joris répond que les services sont occupés à évaluer la situation. Les travaux de démolition sont reportés au mois de novembre. Bertrand Waucquez évoque des discussions qui se seraient déroulées entre les scouts et le staff du Chiro qui pourrait venir en aide aux scouts. La bourgmestre confirme cela, mais rien n’est décidé. Résultat du vote sur ce point (qui consistait à prendre une décision en mai 2018) : 4 oui (Kraainem-Unie), 4 non, le reste abstentions. Selon l’art. 43 du décret communal, le point est donc rejeté.

Luc Timmermans (Open) demande d’organiser une réunion d’information pour les riverains au sujet de la deuxième phase de travaux Boulevard de la Woluwe afin de ne pas réitérer les erreurs du passé (manque de transparence dans la communication). L’agence flamande des routes et de la circulation (AWV) qui a réalisé la première partie des travaux renonce à poursuivre le projet. Celui-ci est repris par la Werkvennootschap qui est déjà en charge du projet d’élargissement du Ring et de la réalisation d’une véloroute le long du boulevard de la Woluwe. L’échevin de la mobilité, Olivier Joris, répond que l’entrepreneur et les différents acteurs ne sont pas encore connus et qu’il faut attendre pour pouvoir donner une information correcte à la population lors d’une réunion d’information.

Johan Forton (Kraainem-Unie) tente de savoir si le nouveau règlement communal relatif au cimetière s’applique également au cimetière juif. L’échevin responsable, Thierry Van de Plas, répond que ce n’est pas le cas. Dorothée Cardon évoque le fait que de nombreux points entrent en considération, mais rien n’est clair.

Bertrand Waucquez (Kraainem-Unie) demande (encore une fois) quand les problèmes d’acoustique et de microphones dans la salle du conseil soient réglés. Le service technique prévoirait l’installation d’un nouveau système pour la nouvelle législature en janvier 2019. C’est une bonne nouvelle pour les courageux citoyens qui tentent désespérément d’entendre les échanges lors du conseil communal, mais on peut s’interroger sur le délai nécessaire !

Bertrand Waucquez voudrait savoir où en sont les discussions au sujet de la piste cyclable avenue Baron d’Huart. L’échevin de la mobilité, Olivier Joris, répond qu’il y a plusieurs scénarios, mais ça on le savait déjà ! La vraie question est justement de savoir quel scénario sera privilégié :

  • Un grand projet de piste cyclable au milieu de l’avenue, financé par des subsides de la région flamande. Cette proposition n’a pas l’approbation d’une majorité de riverains car les nombreuses intersections avec les rues latérales rendrait la situation particulièrement dangereuse pour les cyclistes.
  • Une piste cyclable plus modeste le long de l’avenue, financée par la commune. Cette solution est privilégiée par les riverains.

Les riverains vont être impliqués et un bureau d’étude réalisera ensuite une note de démarrage. Bertrand Waucquez demande de mettre ce point à l’ordre du jour de la commission environnement prévue le 12 juin 2018. Pierre Simon, président de la commission, approuve pour autant qu’un dossier solide soit présenté par le service de mobilité.

Au cours du mois de mai, la qualité de l’air dans les communes flamandes va être mesurée via la campagne “CurieuzeNeuzen” à laquelle participent 25 citoyens de Kraainem. Lors du conseil communal du 27/03/2018 Kraainem-Unie a évoqué cette belle initiative et demandé que la commune intervienne dans les frais modiques, avec comme réponse de l’échevine de l’environnement ‘que d’autres systèmes de mesure étaient disponibles’. Qu’en est-il exactement ? L’échevine de l’environnement projette de faire cavalier seul en tentant d’organiser une campagne de mesure à grande échelle dans la commune avec Greenpeace, basée sur les mêmes tubes d’analyse que ceux utilisés par CurieuzeNeuzen (ceci aurait déjà été réalisé à Gand en 2016). Aucune date concrète n’est avancée à ce stade. Les résultats ne pourront de toute façon pas être comparés à ceux obtenus par CurieuzeNeuzen puisque les échantillons auront été réalisés à des moments différents. Kraainem-Unie déplore le manque d’intérêt de la commune pour ce projet des Curieuzeneuzen.

Le dossier concernant la parcelle problématique du Pikdorenveld évolue. Nous vous invitons à consulter la page dédiée à ce projet sur notre site.

Le système de WeCitizens (boussole électorale) est brièvement débattu à la demande de Kraainem-Unie. Ce système améliore la transparence dans la mesure où il permet de connaître les orientations des candidats sur un certain nombre de sujets [dans une commune, province, au niveau fédéral,..] pour que les électeurs puissent voter en connaissance de cause. Cette proposition est refusée par la bourgmestre “parce que trop complexe et par manque de temps”

Une nouvelle fois Kraainem-Unie propose d’envisager pour la remise des diplômes de l’école francophone le même genre de cérémonie que celle qui a lieu pour l’école néerlandophone (à laquelle les membres du Conseil communal sont conviés). Proposition immédiatement torpillée par l’échevine Caprasse (DéFI) qui ne souhaite évidemment pas que l’on touche à sa chasse gardée “et pas question d’imposer une telle cérémonie à l’école francophone qui n’en veut pas,…”.

Carel Edwards (Kraainem-Unie) demande des informations à la bourgmestre concernant l’interpellation d’une trentaine de migrants le 23/4/2018 sur le territoire de Wezembeek-Oppem. Ceux-ci ont été embarqués par la police de la zone Wokra pour différents contrôles avant d’être relâchés au compte-goutte. La bourgmestre, qui est responsable de la police WOKRA, n’était pas au courant.

D’autres points, concernant des nominations importantes au sein des services, devaient être débattus à huis-clos, mais ont dû être reportés à un conseil communal extraordinaire le 3 mai 2018. En effet, l’échevin du personnel, Thierry Van de Plas, n’a pas réussi à convaincre les conseillers communaux de poursuivre la discussion, car des erreurs importantes dans les documents ne permettaient pas de voter des points d’une telle importance. Nous déplorons évidemment ce manque de professionnalisme, dénoncé également par une partie de la majorité.

Prochain conseil communal : 29 mai 2018 (à confirmer)