Les points forts du conseil communal du 31 mai 2022

Ce premier conseil communal en présentiel, après deux ans de fonctionnement à distance, se passe de façon sereine et l’ordre du jour est traité efficacement.

Le conseil communal commence par un certain nombre de points d’ordre administratif dont l’approbation des comptes des fabriques d’église des paroisses Saint-Pancrace et Saint-Dominique et les compte-rendu des commissions finances et temps libres de mars 2022.

Le conseil communal prend ensuite connaissance des ordres du jour de diverses intercommunales dans lesquelles siègent des représentants de Kraainem : De Kleine Eigenaar, Krediet voor Sociale Woningen, Elk zijn Huis, De Lijn, Ethias, Interza et Iverlek.

Est ensuite abordé le projet d’extension et rénovation de l’école communale néerlandophone dont le conseil communal approuve la demande officielle d’obtention des subsides. Ces subsides représentent un montant de 3,7 millions d’EUR sur un total de 7 millions d’EUR pour le total du projet. Celui-ci comporte une transformation des containers actuels en locaux définitifs, une démolition/reconstruction de certains locaux et une rénovation en profondeur d’autres.

Dans le cadre des réponses aux questions posées lors du conseil communal précédent, l’échevine de la transition écologique Marie-France Constant (Kraainem-Unie) précise que 50 dossiers de primes pour vélos électriques ont été traités (positivement) en 2021 et que ce chiffre atteint déjà 26 pour 2022.

La séance se termine par les questions orales des conseillers communaux. Le conseiller Olivier Joris (Pro Kraainem) demande si la commune pourrait organiser une réception pour le titre de champion de deuxième division nationale du club de hand-ball de Kraainem. L’échevine des sports Anne-Charlotte Sala (DéFi) y est favorable et répond que cela sera discuté avec les services et le Collège.

Alain van Herck (DéFi) aborde le dossier de l’installation de la fibre optique dans la commune. Il laisse entendre que Kraainem serait une « commune test » pour ce projet et que cela expliquerait quelques maladies de jeunesse notamment dans l’organisation des réparations des trottoirs. De nombreux citoyens seraient mécontents selon lui.
Le bourgmestre Bertrand Waucquez (Kraainem-Unie) remet les points sur les i. Il explique tout d’abord que Kraainem n’est absolument pas une commune test pour le projet fibre, près d’un million de maisons en Belgique sont déjà reliées à la fibre (environs 16%).
Particularité dans notre commune : Kraainem profite des ouvertures de trottoirs nécessaires dans le cadre de ce projet pour en réparer un grand nombre, en profitant d’un effet de synergie. Le travail bien exécuté est la règle, les trottoirs endommagés ou mal réparés sont l’exception. Chaque chantier est vérifié par l’entrepreneur, Proximus et la commune. Chaque réclamation introduite est examinée et solutionnée. Le bourgmestre signale qu’à l’heure actuelle il n’y a aucun dossier de plainte ouverte et encourage chaque citoyen à en introduire une si nécessaire.

Sara Crucifix se fait la porte-parole des plaintes du voisinage du café « Le petit Monico ». Celui-ci déplore du tapage nocturne régulier – à l’intérieur et sur la rue – lors de nombreuses fêtes qui y sont organisées. Selon le voisinage, le café aurait une autorisation spéciale jusqu’à 1h du matin. Le bourgmestre Bertrand Waucquez (Kraainem-Unie) confirme l’existence du problème mais précise néanmoins que l’établissement ne dispose d’aucune autorisation spéciale. Une réunion est planifiée prochainement avec l’exploitant.

Suite à la demande de Françoise De Vleeschouwer (DéFi) sur les avancées dans le dossier du « bilinguisme de Fluvius », Bertrand Waucquez donne un état des lieux clairs des progrès réalisés les dernières semaines. Il a rencontré les 5 autres bourgmestres des communes à facilités qui ont désigné l’un d’entre eux (le bourgmestre de Wemmel) pour rencontrer Fluvius. Il a également participé à cette rencontre qui a eu lieu le jour même du conseil communal.
Bonne nouvelle, Fluvius est demandeur de faire le nécessaire pour que le site devienne bilingue à partir de l’automne 2022. D’ici là, ils proposent une solution temporaire avec un bouton « google translate » qui semble fonctionner relativement bien. Il s’agit réellement d’un pas dans la bonne direction. En ce qui concerne les documents individuels et la demande de renseignements par téléphone, Fluvius entend bien respecter les mêmes procédures que celles d’autres intercommunales dans le cadre des communes à facilités. Tous les habitants qui le souhaitent doivent donc recevoir leurs documents en français, et la demande ne doit être faite que tous les 4 ans. La situation évolue favorablement mais n’est pas encore parfaite, et les habitants sont encouragés à signaler des dysfonctionnements éventuels pour corriger le tir si nécessaire.

Prochain conseil communal : 28 juin à 19h

Recevoir notre newsletter