1. Pourquoi Kraainem-Unie ?

N’y a-t-il pas déjà assez de partis politiques ? Kraainem-Unie n’est pas un parti politique, mais une initiative citoyenne d’un groupe d’habitants de Kraainem, organisée en ASBL. Les partis politiques qui sont au pouvoir dans notre commune depuis des années n’ont pas fait preuve d’une très bonne gestion ; on peut facilement s’en rendre compte en regardant l’entretien général des rues et voiries. Durant la législature précédente 2006-2012, ils ont augmenté les impôts – l’IPP est passé de 5 à 7,5% et les centimes additionnels sur le précompte immobilier de 750 à 950[i], mais les citoyens ont-ils, en échange, vu évoluer positivement leur commune ? Depuis des années, la politique communale est menée à huis-clos par les élus MR, CdH et Défi entre eux. Les décisions prises ne vont pas toujours dans le sens des intérêts des habitants. Le projet de construction d’une nouvelle maison communale pour 7 millions d’euros en est un bel exemple.

2. N’avez-vous rien d’autre à faire ?

Bien évidemment, si. Nous sommes tous actifs hors de la vie politique. Ce qui nous motive, c’est le sentiment que nous pouvons apporter notre contribution éclairée par le bon sens et la compétence plutôt que par des considérations politique pour améliorer la vie des citoyens à Kraainem. Au fur et à mesure que nous avançons, nous recevons de plus en plus de signaux de la part de nos concitoyens nous encourageant à persévérer et ceci est très motivant. Rappelons que nous Kraainem-Unie est par définition limitée à la commune et nous n’avons donc pas d’autres ambitions politiques.

3. Avez-vous une couleur politique ?

Non. La problématique de la commune exige une série de solutions basées sur le bon sens. Une amélioration de la gestion et de l’entretien du patrimoine et des infrastructures, mais aussi une vision à long terme pour des questions propres à notre temps, telles que le vieillissement de la population ou les changements dans la composition des ménages, la précarité croissante, … Ceci nécessite une planification à long terme pour des habitations adaptées, des logements sociaux, … De même, la problématique de l’environnement avec les nuisances du ring (bruit, pollution), les nuisances aériennes, le danger d’inondations sont des questions d’ordre pratique et non idéologique. Il est donc grand temps de mettre en place une administration qui ne se préoccupe ni de la langue ni de la couleur politique, mais qui gère la commune en bon père de famille.

4. Quelle expérience avez-vous ?

Kraainem-Unie est née en grande partie de la déception des citoyens devant la mauvaise gestion de la commune pendant de longues années. Notre mouvement a été créé quelques mois avant les élections de 2012. Certains affirmaient qu’il ne serait qu’un feu de paille et qu’on n’en parlerait bientôt plus. Mais dès cette première campagne, nous avons obtenu quatre conseillers communaux, ce qui a par ailleurs démontré clairement l’existence d’un vrai besoin au sein de la population. Nos conseillers se sont beaucoup investis en se plongeant dans les dossiers, en s’informant de manière indépendante, en interpellant le Collège et les échevins, et en faisant des propositions concrètes. On peut s’en rendre compte en lisant les Procès-Verbaux des conseils communaux et des diverses commissions.

Nous avons des gens très bien formés, avec une solide expérience professionnelle, et qui sont très complémentaires dans l’équipe. Pour suivre les travaux publics, les problématiques de l’eau et de l’énergie, quoi de mieux que des ingénieurs ? Pour surveiller les finances, il faut un expert. Nous avons parmi nous des spécialistes dans chaque domaine (technique, finances, gestion de projets, communication, enseignement, soins de la santé, milieu). Beaucoup de nos membres sont également actifs dans d’autres activités du secteur public où ils investissent leur énergie et leur temps pour une gestion positive. Et pour pleinement faire fructifier la force de l’équipe, entre nous la confiance règne : pas de cachotteries, car personne ne doit soigner son ego pour pouvoir faire un scoop et être en pleine lumière…

Forts de notre première expérience politique, nous sommes confiants dans notre savoir-faire et nous attirons de plus en plus de sympathisants qui sont prêts à nous épauler. Aussi, loin de s’éteindre, notre mouvement fait tache d’huile et s’enrichit de nouvelles compétences.

5. Comme mouvement local vous ne profitez pas de relais au niveau régional / fédéral… 

Le fait de se concentrer sur la commune ne nous empêche absolument pas d’avoir des contacts avec les administrations et autorités régionales et fédérales. Nous sommes d’ailleurs en faveur d’un meilleur dialogue avec l’autorité de tutelle régionale pour mieux profiter des opportunités dans les domaines, entre autres, de la mobilité et des infrastructures. Un de nos grands atouts est le bilinguisme de haut niveau des élus de Kraainem-Unie et de la grande majorité de nos membres actifs, qui facilite un tel dialogue. C’est entre autres ce qui facilite la demande de subsides,…

Le fait que nous sommes un mouvement local présente d’autre part l’avantage que les solutions que nous proposons ne doivent pas tenir compte des instructions d’un parti qui a un agenda au niveau fédéral, régional ou communautaire, et qui ne veut pas que ses ténors soient mis dans l’embarras ou gênés par la politique locale qui s’écarterait tant soit peu de la vision préconisée. Kraainem-Unie agit en toute indépendance, pour servir l’intérêt général des habitants de la commune.

A l’inverse, force est malheureusement de constater que les interactions par la majorité actuelle avec l’extérieur ne se font pas toujours au bénéfice de la commune. Quelques exemples :

  • Le projet immobilier à la place de l’ancienne Poste pour lequel le droit de préemption de la commune n’a jamais été envisagé sérieusement. Le réaménagement du carrefour Astrid/Wezembeek n’est dès lors plus possible de ce côté
  • Le parking à la station de métro Kraainem, pour lequel nous avons entre autres attiré l’attention sur une grosse erreur du cahier de charges qui mentionnait 2 voies doubles pour l’avenue de Wezembeek. Il y a pour ce projet de la Région bruxelloise des conséquences pour notre commune, et tout cela serait passé sous le radar si nous n’avions pas réagi
  • Les nuisances aériennes pour lesquelles les ministres MR compétents (Mme Galant et Mr. Bellot, MR) n’ont pratiquement rien fait de significatif[ii] depuis le début de la législature, alors que les responsables des associations AWACSS (Wezembeek-Oppem) et Wake-Up Kraainem sont également MR.

6. Pourquoi pensez-vous que cela ira mieux si vous arrivez au Collège ?

Nous ne sommes pas à l’abri d’erreurs et l’admettons volontiers. Néanmoins iI y a une chose à laquelle nous veillerons pour les éviter, c’est la transparence et l’ouverture par rapport aux projets proposés, la politique de cachotteries qui actuellement est la norme au Collège ne donnant pas de bons résultats. Qu’il s’agisse de la sécurité, de Fluxys, de l’ancienne Poste, de la Ferme Van Deuren, des migrants, des plans de développement urbanistique ou de tant d’autres projets qui engagent l’avenir de la commune, un débat serein mené de façon professionnelle au sein du conseil communal serait bien plus efficace que les tractations à huis clos dont le but est d’abord d’éviter qu’une quelconque information puisse sortir du cadre du Collège. En outre, nous aurons à cœur de mener une politique citoyenne en recueillant l’avis et les suggestions des habitants et en tenant compte !

7. Qu’avez-vous réalisé durant cette législature ?

Il n’est pas évident de réaliser des projets quand on se trouve dans l’opposition. Nous avons néanmoins assuré notre rôle le mieux possible et fait sans relâche toute une série de propositions. Nous sommes fiers d’avoir entre autres obtenu les résultats suivants :

  • Le fait qu’une autre liste bilingue se présente. Ceci signifie enfin l’abandon rafraîchissant du vieux mode de pensée « francophones contre néerlandophones » (ou « Kraainem contre Kraainem ») typique des partis à vocation unidimentionnelle, et représente une grande victoire des valeurs de Kraainem-Unie, au bénéfice de la commune
  • Kraainem-Unie est intervenue en 2017 comme médiateur (avec Open) dans la tentative de putsch destinée à obliger la bourgmestre Cardon à faire un pas de côté ou à se soumettre à un coach[iii]. En conséquence, l’administration actuelle a été en mesure d’achever son mandat
  • Lorsque des dossiers étaient discutés en cachette, nous avons souvent su les dénicher puis les décortiquer pour la défense (souvent bien nécessaire) de l’intérêt commun. Quelques exemples :
    • Nous avons évité [jusqu’à présent] la construction d’une nouvelle maison communale à 7 millions d’Euros, dont l’utilité n’a pas encore été démontrée à ce stade
    • Nous sommes parvenus à éviter la vente du bâtiment « Hoeve Van Deuren », pour garder son caractère social et éviter qu’il ne devienne un projet immobilier
    • Dans le dossier de la Poste : nous aurions préféré que la commune rachète le terrain (voir plus haut), mais nous avons obtenu un projet plus raisonnable avec l’aide du comité de riverains « Kraainem Post Project»
    • Nous avons contribué à l’élaboration d’un compromis acceptable pour le projet Fluxys[iv]
    • Nous avons proposé (avec certains membres de la majorité) une solution pour la piste cyclable de l’avenue Reine Astrid qui garantit le maintien d’un maximum de places de parking pour ne pas mettre les commerçants à cet endroit en position difficile
  • Nous avons régulièrement (et pas seulement au moment des élections…) tenu les habitants au courant des nouvelles évolutions et de l’avancement des dossiers concrets par le biais de notre périodique intégralement bilingue « Le Tournesol déchaîné » (rebaptisé ensuite « Kraainem-Unie News »)
  • Nous sommes membres de plusieurs associations de défense des riverains contre les nuisances aériennes (UBCNA, dont nous assurons la vice-présidence) et du Ring (W-Ring)
  • Nous avons lancé l’initiative « Smart-Kraainem » et représentons la commune au sein de l’association VVSG (groupement des villes et communes de Flandre) pour ce projet
  • Nous avons pris une part active au projet « CurieuzeNeuzen » qui consiste à mesurer la qualité de l’air en Région flamande et dont les résultats sont attendus fin septembre 2018
  • Nous avons joué notre rôle d’opposition avec sérieux et professionnalisme, ce qui a souvent contraint nos « confortablement élus » de la majorité à réviser leurs copies en fonction de ces critères
  • Nous sommes intervenus plus de 260 fois au conseil communal. Vous trouverez bientôt la liste de ces interventions sur notre site web.

8. Qu’est-ce qui différencie votre programme de celui des autres partis ?

Bien évidemment, tout le monde va vous parler d’infrastructures, d’environnement, de mobilité, de gestion saine et d’espaces verts. Ce qui nous différencie :

  • Indépendance par rapport aux partis nationaux : décisions prises à Kraainem par des Kraainemois
  • Transparence : enregistrement et diffusion des séances du conseil communal et des commissions ; PV de ces mêmes séances en néerlandais et en français
  • Maison communale : nous ne sommes pas du tout convaincus de l’opportunité d’une nouvelle maison communale et souhaitons explorer toutes les alternatives avant de lancer un tel projet (coût environ 7 millions d’euros)
  • Une équipe soudée et bilingue depuis 2012
  • Garder les espaces verts pour qu’ils ne deviennent pas le terrain de jeu des promoteurs immobiliers
  • Projets immobiliers : limiter leur impact et veiller au respect des normes en vigueur
  • RUP (Ruimtelijk UitvoeringsPlan), plan d’aménagement du territoire pour clarifier sans ambiguïté la destination des parcelles de notre commune et régulariser certaines situations délicates
  • Révision du plan de mobilité datant de 2009
  • Inventaire complet de l’amiante dans tous les bâtiments communaux et élimination/neutralisation le cas échéant

9. Pourquoi ne pas avoir rejoint la liste de la Bourgmestre ?

Le mot « Unie » dans Kraainem-Unie dénote la combinaison puissante des forces culturelles, professioneles, économiques et linguistiques des citoyens, pas un rassemblement de politiciens.

Il est évident que nos antipodes conceptuels sont plutôt les deux partis à idée fixe (aussi bien Francophone que Néerlandophone).

Concernant la liste du Bourgmestre, nous étions néanmoins convaincus qu’elle risquait d’au final ramener au Collège la même équipe, celle qui a étalé ses divisions et fait preuve de tant de laisser-aller depuis des années. Il faut une nouvelle équipe au Collège et nous gardons donc notre indépendance par rapport aux partis politiques traditionnels pour nous concentrer exclusivement sur la commune, mais serons comme par le passé heureux de travailler de manière spécifique avec l’une ou l’autre formation en fonction des projets qui se présenteront dans le futur.

10. Etes-vous condamnés à rester dans l’opposition ?

Lorsque nous avons lancé Kraainem-Unie en 2012, certaines personnes n’ont pas voté pour nous parce qu’elles pensaient que ce serait un vote perdu et que le mouvement ne s’inscrivait pas dans la durée. 6 ans plus tard, nous avons démontré le contraire : durant ces 6 années, nous avons fait plus de 250 interventions documentées au conseil communal, de nombreuses participations à diverses commissions, réunions, intercommunales,…

Pour que la voix du citoyen soit dorénavant entendue aussi dans le Collège, il est maintenant important que nous nous y trouvions une représentation. Dans les communes à facilités, les échevins sont élus directement sur base du nombre de voix de préférence. Ceci impose de facto la coalition, mais c’est vraiment l’électeur qui choisit l’échevinat, en accordant des voix de préférence.

[i] Au conseil communal du 19 décembre 2017, il a été décidé de diminuer ces centimes additionnels à 598 pour compenser l’augmentation du prélèvement de base de la Région de sorte que rien ne change pour le propriétaire immobilier du point de vue de sa contribution au niveau communal. Voir également KU News nr. 6 page 4 « Adaptation du précompte immobilier » à ce sujet.

[ii] Aucun plan de répartition ne fonctionnera tant que 2 mesures fortes ne sont pas prises : la limitation des vols à 220 000 mouvements / an et l’interdiction des vols de nuits, sauf exception pour des raisons de sécurité. Toutes les associations de riverains, bruxelloises et en périphérie s’accordent sur ces points, mais le MR fait la sourde oreille

[iii] Voir « Putsch manqué contre la bourgmestre » en p. 2 de notre revue « Den Tournesol déchaîné » de mai 2017

[iv] Voir https://www.kraainem-unie.be/fluxys/ et la liste de nos interventions au conseil communal