Compte-rendu du conseil communal du 27 novembre 2018

Les membres suivants sont absents : Françoise de Vleeschouwer (Union), Pierre Simon (Union), Thierry Van De Plas (Union), Joost Vanfleteren (Open).

La réunion est bouclée en un temps record.

Les premiers 10 points sont approuvés sans discussion (cfr. ordre du jour).

Le point 11 concernait l’installation de caméras de surveillance dans les endroits sensibles de la commune, comme les environs de la rue du Patronage (où des faits violents contre les scouts ont marqué l’été 2018) et St-Dominique. Kraainem-Unie et Open mentionnent d’autres points sensibles où aucune caméra n’a été prévue. La bourgmestre répond que le groupe de travail (police et commune) est encore occupé et que d’autres endroits vont être pris en considération (Parc Kinnen, Markt rue Van Hove). Le coût d’un tel système de surveillance n’est pas clair (leasing, investissement, entretien).

La date de la réunion d’installation du nouveau conseil communal est confirmée : 8 janvier 2019 à 18h. Les élus ont jusqu’au 21 décembre pour déposer leurs pouvoirs.

Luc Timmermans (Open) rappelle à l’échevine de Foestraets son refus de participer à l’enquête de mesure de qualité de l’air « Curieuze Neuzen » en raison du fait qu’elle prévoyait elle-même d’organiser une telle enquête. Il semble maintenant que rien de concret n’a été réalisé en ce sens. Elle serait d’avis de commencer par améliorer la situation et que les mesures réalisées par le VMM (Vlaamse Milieumaatschappij) sont finalement suffisamment fiables pour notre commune et qu’aucune action complémentaire n’est nécessaire. Elle prétend qu’elle s’en occupe activement avec les services, mais le conseil communal n’en saura pas plus.

Johan Forton (Kraainem-Unie) demande quelle est la situation au sujet du Monastère de la Visitation. La commune n’a pas encore donné son avis à la Députation. Le délai a été prolongé pour la deuxième fois.

Vient ensuite une question d’un habitant qui souhaite être entendu. Il avait déjà introduit une demande dans ce sens en octobre, mais n’avait pas encore reçu de réponse. Marie-France Constant (Kraainem-Unie) et Luc Timmermans (Open) font partie des conseillers qui ont demandé de mettre ce point à l’ordre du jour. De quoi s’agit-il ? Le citoyen en question déplore le comportement non éthique de certains et vise notamment le pamphlet « Kraainem en danger » distribué par DéFI/MR pendant la campagne électorale. Il demande une condamnation formelle de ce type de publication et demande la mise en place d’un code déontologique. Le président du conseil (Dominique Houtart) répond que selon, le service juridique de la commune, il s’agit ici d’une interprétation personnelle qui n’entre donc pas dans les compétences du conseil communal. S’ensuit un débat houleux entre le président et certains conseillers, mais le président ne veut rien entendre. Il n’est  aucunement intéressé par l’idée d’un code déontologique et passe au point suivant.

Ce dernier concerne une motion permettant de mettre en place un groupe de travail (comprenant les membres de la commission Bien-être, un échevin et la présidente du CPAS) afin d’analyser à très court terme (4-6 semaines) dans quelle mesure et de quelle manière la commune pourrait offrir un soutien pratique aux migrants du parc Maximilien, collaboration avec la plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés. Une majorité de conseillers ont voté pour la création du groupe de travail qui pourra demander si nécessaire un avis juridique et technique aux services communaux.

Prochain conseil communal : 18 décembre 2018, le dernier de l’année