Compte-rendu du conseil communal du 22 février 2022

Madame Véronique Caprasse (DéFi) était absente

Après l’approbation des notules, le conseil communal prend acte d’un arrêté du bourgmestre qui interdit la « manifestation pour les libertés » (mesure anti-covid) de se rassembler sur les parkings situés près du ring à Kraainem. Une telle décision doit toujours être ratifiée par le conseil communal. Lorsque les faits se sont déjà déroulés, il s’agit d’une prise de connaissance, comme dans le cas présent.

Une modification administrative du règlement de travail des employés communaux a été approuvée. Carine Pin (Pro Kraainem) demande de recevoir une copie du règlement concernant les voitures de société pour les membres du personnel. Celle-ci sera envoyée à tous les membres du conseil communal. Le règlement d’occupation de la conciergerie de la maison communale a également été approuvé.

Une adaptation du règlement pour le hall des sports et les tennis (les clubs peuvent soumettre leurs demandes d’occupation six semaines à l’avance au lieu de deux mois) n’est pas acceptée par l’opposition car le délai de deux mois avait déjà été approuvé en commission. Pour la majorité, ce n’est pas une raison pour ne pas profiter d’une amélioration de la réglementation. La proposition est acceptée.

Les rapports des dernières commissions Finances et Loisirs sont présentés.

Un certain nombre de subventions sont ensuite votées : pour les mouvements de jeunesse et l’éducation (à l’unanimité) car le nouveau règlement des subventions ne prévoit pas de subventions par section (mais bien le conseil communal) et les associations concernées seraient privées de leurs subventions. Le règlement sera modifié en temps voulu. Cap sur la Musique reçoit également sa subvention annuelle à l’unanimité.

Après avoir lu le rapport du Watergroep, Nathalie Woitrin (Kraainem-Unie) propose de lancer un projet de Street Art. L’idée serait d’égayer les grands murs aveugles avec des fresques peintes, comme cela se fait également dans d’autres communes (Bruxelles, Vilvorde, Gand, Hoeilaart, Overijse, etc.). Ces peintures pourraient décorer les murs sous les trois ponts du ring passant à Kraainem. La proposition suggère au collège un budget de 30 000 euros pour organiser ce projet avec un contrôle de qualité nécessaire, etc.

L’opposition n’a visiblement pas compris et pense que ce projet envoie un mauvais signal aux jeunes, qui seraient alors enclins à faire plus de graffitis dans la commune. Visiblement la non-compréhension du phénomène des graffitis sauvages, qui sont en général peints sur des surfaces non peintes (transports publics, murs antibruit, etc.), leur échappe.

Ensuite il y a toute une série de questions posées par les différents conseillers communaux et des réponses aux questions posées précédemment.

Dans les questions des conseillers, Françoise Devleeschouwer (DéFi), par exemple, évoque à nouveau le parc à conteneurs à Kraainem. L’opposition veut absolument un parc à recyclage dans notre commune. Comme cela avait été promis par le passé. L’échevin Johan Forton (Kraainem-Unie) et le bourgmestre expliquent que la situation a maintenant changé. Ce qui reste de l’ancien site du parc à conteneurs à Kraainem est trop petit (ce terrain est d’ailleurs une propriété d’AWV, et non de la commune). Si on le réouvre, les gens devront toujours aller au parc à conteneurs de Wezembeek pour certains types d’encombrants. De plus, de nombreux habitants de Kraainem vivent plus près du parc à conteneurs de Wezembeek que de l’ancien parc de Kraainem. Un seul parc à recyclage pour les 2 communes permettrait également de réaliser de nombreuses économies.

En réponse à une question de Carel Edwards (Kraainem-Unie) concernant les vieux arbres de l’avenue Reine Astrid, l’échevine Elisabeth de Foestraet (MR) a déclaré qu’il y aura bientôt un élagage minimal qui sera effectué en raison de l’âge des arbres, et que la plantation de nouveaux arbres pour remplacer ceux supprimés n’est prévue qu’après 2023.

A chaque conseil communal, des questions et des critiques sont formulées sur la manière dont les travaux de Proximus sont communiqués à l’avance aux habitants. La concertation entre Fluvius et Proximus n’est pas non plus optimale (par exemple dans le quartier de l’av. Centrale). L’échevin Johan Forton partage cette critique et n’est pas non plus très satisfait. Les services (et Proximus) ont peu de moyens de pression sur les différents sous-traitants qui travaillent sur ce chantier (l’un d’eux a déjà été retiré du projet), et il n’est pas toujours possible de synchroniser les différents travaux. Ils y travaillent encore.

Prochaine réunion du conseil communal le 22 mars 2022 à 19h.

Recevoir notre newsletter